webGuinée
Camp Boiro Memorial / Victimes / Témoignages


Alsény René Gomez
Camp Boiro. Parler ou périr

Paris. L'Harmattan. 2007. 253 pages


      Sommaire      

Chapitre X
Liste de détenus étrangers exécutées ou morts en détention

  1. Allemagne Fédérale
    Seibold Hermann, mort en 1971 par suicide à Boiro
  2. Belgique :
    Verstrepen Jean Claude, mort le 3 octobre 1972 par suicide à Boiro (Poste-X).
  3. Côte d'Ivoire:
    Bakayoko Laina, âgé de 37 ans, père Bakayoko Ibrahima, mère Camara Macoulako, mort le 20 février 1978 à Boiro.
  4. Guinée Bissau :
    — Dabo Abdoulaye, âgé de 37 ans, père Dabo Arafan, mère Dabo Aissata, mort le 30 juin 1975 à Boiro.
    — Tavarez Nicolas, mort le 04 février 1975, à 11 heures, à Boiro.
  5. Ghana
    — John, Garde de Corps de l'ex-Président Kwamé N'Krumah exilé en Guinée, mort à Kindia.
    — Un deuxième garde du corps surnommé « Big », mort à Boiro.
  6. Liban
    — Chaoul Said, arrêté en 1960.
  7. Mali
    — Bah Abdourahmane, né en 1933, père: Bah Thierno Yaya NBara, mère: Diallo Hawa, mort le 26 juillet 1975, à 19h00, à Boiro.
    — Keita Amadou, mort le 04 février 1971 à Kindia.
    — Sow Ibrahima, père: Sow Mamadou, mère: Diallo Hawa, mort le 17 juin 1977 à Boiro.
  8. Sénégal
    — Cissé Abdou, mort le 21 août 1974 à Boiro.
    — Diouf Daouda, né en 1937, père : Diouf Formane, mère N'Gom Gnilane Sohna, mort le 04 novembre 1975 à Boiro.
    Mbaye Ababacar Bâ, frère de Ousmane Ardo Bâ
  9. Franco-malien
    Touré Sékou Sadibou, fusillé le 18 octobre 1971 à Kindia.

Le personnel médical à Boiro de 1965 à 1984

Est-il nécessaire de rappeler que les quelques pages qui précèdent n'ont fait que survoler une période qui s'étend de 1959 à 1984, et que les noms cités ne représentent qu'une goutte d'eau dans l'océan des victimes du régime de Sékou Touré. La toute dernière question que l'Ambassadeur André Lewin aurait pu poser au Président Sékou Touré s'il était encore vivant aurait pu être :
— Monsieur le Président, est-ce que tous ceux-ci mettaient réellement en cause votre pouvoir ?

La réponse en ce qui me concerne est naturellement : Non.
En effet, je pense qu'il ne peut y avoir de justification acceptable pour un tel massacre.


Facebook logo Twitter logo LinkedIn Logo

[ Home | Victimes | Perpétrateurs | Bibliothèque | Recherche | BlogGuinée ]


Contact :info@campboiro.org
webGuinée, Camp Boiro Memorial, webAfriqa © 1997-2014 Afriq Access & Tierno S. Bah. All rights reserved.