webGuinée
Mémorial Camp Boiro


Alpha Abdoulaye Diallo ‘Portos’
La vérité du ministre. Dix ans dans les geôles de Sékou Touré

Paris. Calman-Lévy. 1985. 203 p.


Previous Home Next

Intermède
Audace

Un soir que nos portes étaient ouvertes et que j'étais installé devant ma cellule en train de consommer mon maigre repas 1, une chatte accompagnée d'un gros chat, traversant la cour à vive allure, vint s'arrêter devant moi, mi-effrayée mi-curieuse. Je commençai à la plaisanter :
— « Si c'est à mon repas que tu en veux, je ne te le donnerai pas car j'ai bien faim, moi aussi. Et je n'ai aucune possibilité d'aller chercher à manger ailleurs, alors que toi tu peux aller où tu veux. »
La chatte m'écoutait. Elle s'approcha davantage et avança vers mon plat une patte d'abord timide puis, de plus en plus enhardie.
— « Ma parole, dis-je, tu es audacieuse. D'ailleurs, je te baptise Audace. »
A mon tour, j'avançai vers elle une main prudente pour tenter de l'attraper ou de la caresser : elle se cabra et recula mais ne s'enfuit pas. Nous nous observions. Je lui mis par terre une petite poignée de riz, une tête de poisson et l'encourageai de la voix à venir manger. Elle s'approcha en me fixant du regard. Je fis semblant de ne pas la regarder, alors que je l'observais du coin de I'œil. Elle commença à manger et pendant qu'elle était ainsi occupée j'en profitai pour la caresser : elle se cabra de nouveau, tressaillit et recula un peu. A nouveau je me détournai d'elle. Elle reprit son repas, sous l'œil observateur, vigilant et méfiant du chat qui l'accompagnait. La sentinelle arrivant pour m'enfermer, Audace s'enfuit précipitamment avec son compagnon et je réintégrai ma cellule.
Voilà comment nous fîmes connaissance Audace et moi ! Le lendemain, elle revint, à la même heure, toujours accompagnée de son mâle. Cette fois nous étions devenus « copains » : la glace était rompue. Elle se laissait caresser. Je remarquai son compagnon prostré à bonne distance, particulièrement jaloux. La scène de la veille se répéta : la sentinelle, la fuite, la fermeture de la porte. Je dormais déjà quand un petit bruit me réveilla. Je scrutai l'obscurité et j'aperçus une petite masse qui sauta subrepticement dans mon lit. C'était Audace : elle s'était glissée sous la porte et avait pénétré dans ma cellule. Et, désormais, elle passera toutes les nuits dans ma cellule. Elle est devenue pour moi plus qu'un compagnon, un ami. Au petit jour elle s'en allait, de même qu'elle était venue. Et quand, dans les derniers moments de ma détention, alors que nous les anciens, nous étions relativement libres d'aller et venir dans la cour du bloc, Audace passait toute la journée en ma compagnie, me suivant partout. Je lui parlais, je lui faisais des observations. Nous étions devenus intimes : je partageais avec elle mon maigre repas et lui donnais la tête ou la queue de poisson, quand il y en avait. Et dans mes moments de faiblesse et de désespoir, je me confiais à Audace qui semblait me comprendre et participer à mes angoisses, à mes troubles, à mes inquiétudes.
Elle restera avec moi, de longs mois et mettra bas dans « ma » cellule. Parfois, un garde, un prisonnier, une bonne âme soucieuse de ma libération, me conseillait de m'en débarrasser car elle « contribuait à prolonger mon séjour dans ces lieux ». Un jour, Fadama la trouvant dans ma cellule me lance :
— « Toi, il faut chasser le chat-là… Le chat, c'est pas bon surtout dans la prison. Si tu le chasses pas, tu vas rester longtemps ici, go 2. » Moi je te dis : le chat, il prie et Dieu entend sa prière et si tu es bon avec lui, il va prier pour que tu ne partes pas d'ici go. Ça, je te dis il faut le chasser. »
Inutile de lui répondre. Il ne m'aurait pas compris, tout comme je ne le comprenais pas. Nous évoluons dans deux mondes différents, à deux niveaux différents. Mais un jour « ils » sont venus et Audace a disparu… (voir infra Pazo).

Notes
1. Il y avait à Boiro, à partir d'une certaine époque, de nombreux chats auxquels, devenu en quelque sorte le « curé du village », je devais toujours trouver un nom. Nous avions ainsi : Minouche, Liberty, Diane, Belle, Tilda, Blanche. Eldorado…
2. Simple interjection.


Facebook logo Twitter logo LinkedIn Logo

[ Home | Victimes | Perpétrateurs | Bibliothèque | Recherche | BlogGuinée ]


Contact :info@campboiro.org
webGuinée, Camp Boiro Memorial, webAfriqa © 1997-2014 Afriq Access & Tierno S. Bah. All rights reserved.