webGuinée
Mémorial Camp Boiro


Alpha Abdoulaye Diallo ‘Portos‘
La vérité du ministre. Dix ans dans les geôles de Sékou Touré

Paris. Calman-Lévy. 1985. 261 p.


Previous Home Next

Officiers et sous-officiers (toutes armes confondues)

Nom Grade & fonction Arrestation Sort
Keïta Noumandian général, chef d'état-major général des forces armées 1971 fusillé le 29 juillet 1971
Diaby Kaman colonel, chef d'état-major, général adjoint, secrétaire d'État au service civique avril 1969 fusillé
Diallo Mamadou colonel, chef d'état-major, général adjoint 1971 fusillé le 29 juillet 1971
Barry Siradiou commandant, chef du corps expéditionnaire guinéen au Congo 1971 fusillé le 29 juillet 1971
Bavogui Kékoura commandant 1971 fusillé le 29 juillet 1971
Camara Diouma commandant 1971 fusillé le 29 juillet 1971
Keita Cheick Mohamed commandant 1969 fusillé dès son arrestation
Keïta Mamoudou commandant 1970 fusillé immédiatement après son arrestation
Mara Ibrahima Khalil commandant, chef d'état-major de l'armée de terre 1971 mort à Boiro (maladie et manque de soins) le 8 avril 1975
Sylla Ibrahima commandant, chef d'état-major de l'armée de l'air 1974 diète noire (du 13 au 31 mars 1977)
Sylla Théoury 1 commandant 1971 mort à Boiro (maladie et manque de soins)
Zoumanigui Kékoura commandant, officier d'ordonnance de Sékou Touré; commandant de la gendarmerie nationale ; gouverneur de Kérouané 1971 fusillé le 29 juillet 1971
Condé Mamadou capitaine (commandant du Camp Boiro) 1971 fusillé le 29 juillet 1971
Diallo Thierno capitaine 1969 fusillé le 27 mai 1969
Doumbouya Kémoko capitaine (ancien officier d'ordonnance de Sékou Touré) 1971 fusillé le 29 juillet 1971
Koivogui Pierre capitaine (chef de cabinet du ministre de la Défense nationale) 1969 mort lors de son transfert à Kindia en 1970
Kouyaté Lamine capitaine (ancien officier d'ordonnance de Sékou Touré 1976 diète noire (du 12 au 28 février 1977)
Kouyaté Sangban capitaine 1969 fusillé
Tounkara Mamadou capitaine 1971 mort à Boiro en 1974 (maladie et manque de soins)
Bah Mamadou (grand Bah) lieutenant ; garde du corps de Sékou Touré 1971 fusillé le 29 juillet 1971
Barry Bademba lieutenant 1971 fusillé le 29 juillet 1971?
Camara Mamadou Saliou lieutenant de gendarmerie 1971 mort dans des conditions que j'ignore
Coumbassa Ali lieutenant 1969 fusillé le 27 mai 1969
Diallo Alhassane lieutenant 1976 diète noire (du 12 au 28 février 1977)
Diallo Mamadou Bailo capitaine 1969 fusillé en 1969 ?
Fofana Boubacar lieutenant (chargé de l'armement au camp Samory) 1971 fusillé le 29 juillet 1971
Kamissoko Amadou lieutenant 1974 Résista à la torture de la Cabine technique. Sékou Touré lui écrivit une note menašante pour le forcer Ó avouer. Liquidé par diète noire le 14 mars 1974.
Léno Saa Paul lieutenant 1974 diète noire, 14 mars 1974
Baldé Mouctar adjudant-chef 1969 Les bourreaux lui coupèrent les tendons pour le saigner à mort.
Keïta Namory adjudant-chef 1969 Les bourreaux lui coupèrent les tendons pour le saigner à mort.
Camara Ibrahima M'Bengue 2 adjudant-chef 1969 Les bourreaux lui coupèrent les tendons pour le saigner à mort.
Camara Kaba 41 capitaine, lieutenant-colonel 1971 libéré le 5 octobre 1980, jamais interrogé
Diallo Alpha Oumar capitaine, membre du CMRN; ministre 1969 libéré en 1969
Diallo Sékou capitaine des douanes 1971 libéré en 1977
Foula Henry capitaine 1965 libéré et repris quatre fois entre 1967 et 1978
Kamano Georges capitaine 1974 libéré en 1976
Kourouma Charles capitaine 1971 libéré en 1972
MBaye Amadou capitaine 1971 libéré en 1975
Sylla Himi capitaine (cinéaste à la présidence) 1980 libéré en 1980
Camara Himi adjudant-chef 1977 libéré le 13 mai 1982
Touré Facinet capitaine ; membre du CMRN; colonel ; ministre des Affaires étrangères, Justice 1977 libéré en 1978
Traoré Mohamed Lamine capitaine ; colonel; membre du CMRN ; ministre de l'Information, mort en 2001 1971 libéré en 1972

En 1980, à la suite de « l'affaire de la grenade » du palais du Peuple, on a arrêté une cinquantaine de miliciens et une vingtaine de gardes républicains dont des lieutenants (Bayo Amadou, Béavogui, Boiro, Diallo Alpha Amadou « procureur », Kékoura) et des adjudants-chefs.
1. Le commandant Théoury Sylla, cette nuit-là, était au plus mal dans sa cellule : atteint de tension, il manquait d'air et étouffait. Le chef de poste Bôh Condé demanda à Ismael Touré l'autorisation de lui ouvrir la porte. Ismaël répondit : « Laisse-le cuire dans son jus ! » Le matin, le commandant Théoury était mort !
2. L'un de ces trois derniers, d'une prise de karaté, avait tué une sentinelle qui venait d'ouvrir la porte de sa cellule. Sanction collective : on leur coupe les tendons à tous les trois, et on les laisse se vider de leur sang, jusqu'à ce que mort s'ensuive !


Facebook logo Twitter logo LinkedIn Logo

[ Home | Victimes | Perpétrateurs | Bibliothèque | Recherche | BlogGuinée ]


Contact :info@campboiro.org
webGuinée, Camp Boiro Memorial, webAfriqa © 1997-2014 Afriq Access & Tierno S. Bah. All rights reserved.